Grupo de investigación en ecología de turberas
Université Laval
 
Thèmes
 
Restauration de communautés végétales de fen après extraction de la tourbe 2001 - 2008


Leader
Team
Description

Cette étude, qui a débuté en 2001 avec le projet de maîtrise de Danielle Cobbaert et qui s'est poursuivie avec le projet de doctorat de Martha Graf, porte sur la restauration de fens dominés par les Cypéracées après extraction de la tourbe. L'hypothèse de cette recherche est que la restauration d'une communauté de plantes typiques des fens est possible par l'application des techniques développées en Amérique du Nord pour les bogs.


 


Objectifs : Le but de ces projets de recherche était de développer une base écologique à la restauration des fens en Amérique du Nord. L'approche expérimentale choisie consistait à manipuler les conditions environnementales et les facteurs biologiques.


 


Lieux : Tourbière de Rivière-du-Loup, dans le sud du Québec, pour le projet de Danielle Cobbaert (2001 à 2003). Dans le cadre du doctorat de Martha Graf (2004 à 2008), 28 tourbières abandonnées après extraction de la tourbe à travers le Canada et dans l'État du Minnesota aux États-Unis ont été échantillonnées.


 


Projet de Danielle Cobbaert


 


Méthodes : Nous avons vérifié l'efficacité de l'introduction de plantes de tourbières minérotrophes par l'utilisation d'une banque de diaspores de sites donneurs. La banque de diaspores contenait des graines, des rhizomes, des fragments de mousses et autres parties de plantes qui avaient été récoltés dans deux types différents de fens naturels. Un paillis de paille a ensuite été ajouté pour vérifier son effet sur l'établissement des plantes et leur richesse. Des terrasses de différentes profondeurs de tourbe (15 cm, 40 cm et 56 cm) ont été créées pour connaître les effets des conditions environnementales sur le succès de la recolonisation végétale.


 


Résultats : L'application de paille et la réintroduction de fragments de plantes de tourbières ont eu un effet positif significatif sur le rétablissement d'un couvert de végétation et d'une diversité d'espèces représentative des fens en l'espace de deux saisons de croissance. C'est sur la terrasse de niveau intermédiaire (40 cm) que l'établissement des végétaux a été le plus prononcé. La terrasse la plus basse (15 cm) contenait une concentration plus élevée de cations basiques comparativement aux sites de référence, alors que la terrasse la plus élevée (56 cm) était trop sèche et trop riche en nitrates, ce qui pourrait expliquer le plus faible succès de restauration à ces endroits.


 


Conclusions : Ces résultats suggèrent que la restauration d'une communauté typique de fens est possible avec l'application des techniques élaborées pour la restauration des bogs. Néanmoins, une attention particulière devrait être portée aux conditions chimiques de la tourbe, ainsi qu'aux conditions hydrologiques du site à restaurer, afin de s'assurer que ces conditions sont similaires à celles des fens naturels.


 


 


Projet de Martha Graf


 


Dans un premier temps, Martha Graf a examiné les successions végétales dans les tourbières qui ont été exploitées jusqu'aux strates de tourbe minérotrophe afin de déterminer quelles plantes recolonisent les tourbières abandonnées et sous quelles conditions. L'échantillonnage de 28 tourbières abandonnées à travers le Canada et dans l'État du Minnesota aux États-Unis montre que la végétation ayant recolonisé spontanément les secteurs avec tourbe nue diffère de la végétation colonisant les fens naturels des régions adjacentes. Particulièrement, les Sphagnum et les Carex, qui abondent dans les fens naturels, ne se retrouvent pas dans les fens exploités par aspirateur, puis abandonnés. La majorité des fens abandonnés ont vite été recolonisés par des espèces plutôt apparentées aux milieux humides sans tourbe.


 



Échantillonnage de la végétation d'un fen (Photographie : Martha Graf).


 


Dans un deuxième temps, Martha Graf a testé des méthodes de réintroduction d'espèces typiques de fens. Une expérience de trois ans sur le terrain montre qu'une méthode de réintroduction par épandage des diaspores provenant d'un site d'emprunt est efficace pour l'établissement des Carex et des sphaignes. Jusqu'à maintenant, l'accent a toujours été mis sur les Carex et les plantes vasculaires pour la restauration des fens.


 



Expérience de restauration d'un fen (Photographie : Martha Graf).



 


Afin d'en savoir plus sur les conditions environnementales nécessaires à la régénération des mousses typiques de fens, Martha Graf a également effectué des expériences en serre et sur le terrain. Un ombrage jusqu'à 50 % améliore la régénération des mousses. Le niveau d'eau optimal pour la plupart des mousses se situe juste en dessous de la surface et les sphaignes sont les espèces de bryophytes qui se régénèrent le mieux.


 



Travaux en serre (Photographie : Martha Graf).


 


Tous ces résultats devraient nous permettre de mieux cibler les efforts pour la restauration des fens.

Project's publication(s) & communication(s)



Back

© 2009 GRET-PERG. | Reservados todos los derechos. | C2000