Groupe de recherche en écologie des tourbières (GRET)
Université Laval
 
Les tourbières expliquées
 

Formation des tourbières

 

Une tourbière est un milieu humide dans lequel il y a une accumulation de tourbe, d’au moins 30 à 40 centimètres d’épaisseur. La tourbe est composée de matière organique partiellement décomposée (souvent des sphaignes et d’autres plantes). Cet écosystème est bien particulier, car l’humidité, l’acidité du sol et la pauvreté en minéraux rendent la vie difficile à bien des plantes, alors que d’autres, mieux adaptées, y grandissent à leur aise.



Comblement ou paludification?


Une tourbière peut se former de deux façons:


Comblement : L’entourbement se produit sur une mare ou un petit lac que la végétation envahit peu à peu en formant ce qu’on nomme un tapis flottant. Il y a alors accumulation de matière organique sur les bords et le fond du plan d’eau qui se comble jusqu’à disparaître complètement.

Paludification : Se produit sur la terre ferme et peut couvrir de grands territoires. Débute lorsque des périodes climatiques fraîches et humides favorisent un mauvais drainage des sols. Les mousses commencent lentement à y grandir et prennent de plus en plus d’expansion. Le niveau du sol s’élève au fur et à mesure que la tourbe s’accumule sous les sphaignes, étouffe les arbres par asphysie et la tourbière se forme.

 

Fen ou bog?


Au début de sa formation, une tourbière a davantage tendance à être minérotrophe (ou fen). C’est-à-dire qu’elle est alimentée en minéraux par l’eau de ruissellement des forêts ou prairies environnantes, comme l’eau qui glisse vers le fond d’un bol. On trouvera une plus grande diversité végétale dans ce type de tourbière, car le sol est plus riche et moins acide. Plus la tourbière se développe, plus elle grandit en hauteur et prend la forme d’un bol posé à l’envers. À partir de ce moment, l’eau de ruissellement ne peut plus atteindre les racines des plantes et elles ne reçoivent plus que de l’eau de pluie, qui contient peu de minéraux. On dit de cette tourbière qu’elle est ombrotrophe (ou bog). Une tourbière de ce type est très pauvre et le pH tend à être inférieur à 4.

Photos montrant un fen pauvre (ci-dessus) et un bog (ci-dessous). Les fens pauvres supportent souvent des communautés végétales composées de mousses brunes et dominées par les carex, qui sont des plantes semblables aux graminées. La strate arborescente est habituellement composée de mélèzes (Larix laricina). Les bogs comportent généralement, en plus du tapis de sphaignes, une strate arbustive dense dominée par les éricacées et une strate arborescente constituée d'épinettes noires (Picea mariana). (Photos : M. Poulin)

 

 

 

© 2009 GRET. | Tous droits réservés | C2000