Groupe de recherche en écologie des tourbières (GRET)
Université Laval
 
Hydrologie
 

Texte tiré de :

Quinty, F. & L. Rochefort. 2003. Guide de restauration des tourbières, 2e éd. Association canadienne de mousse de sphaigne et Ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick. Québec, Québec. 119 p.

Tension de l'eau

 

Dans les tourbières, l'eau peut être emmagasinée de différentes façons : dans des plans d'eau à la surface de la tourbe ou dans des mares, sous forme d'eau libre présente dans l'acrotelme ou sous forme d'eau emmagasinée dans les petits espaces poreux du catotelme.

 

Dans les tourbières où la tourbe a été récoltée, les surfaces de tourbe mises à nu sont souvent maintenues humides par l'eau qui provient de la nappe phréatique et qui est amenée à la surface par capillarité le long des fibres de tourbe. En été, en conditions sèches, l'approvisionnement en eau par capillarité n'est pas assez rapide pour compenser les pertes subies en surface par l'évaporation. La capillarité est brisée et l'approvisionnement en eau stoppé. La surface de la tourbe devient alors très sèche et les mousses qui sont introduites pour la restauration ne peuvent pas être alimentées en eau, car la petite quantité d'eau restante dans la tourbe est trop fortement retenue par les particules. La succion par laquelle l'eau est retenue par les particules de tourbe est appelée la tension de l'eau.

 

Ce problème d'accès à l'eau se limite aux mousses puisqu'elles n'ont pas de racines et qu'elles ne sont pas physiologiquement adaptées à surmonter une haute tension d'eau. Cela représente tout de même un problème majeur en restauration des tourbières, puisque l'objectif est de rétablir un tapis composé principalement de sphaignes. L'utilisation d'un paillis aide à résoudre partiellement ce problème. Le couvert de paille abaisse la température du sol durant la journée et agit comme écran protecteur contre le rayonnement solaire. Cela réduit ainsi l'évaporation et augmente la tension de l'eau à la surface de la tourbe (plus humide), et permet aux sphaignes d'avoir accès à l'eau.

© 2009 GRET. | Tous droits réservés | C2000