writing college application essays creative writing scaffold graduate admissions essays electronic phd thesis fsu essay help dissertation writing services in singapore halal can people buy essays
Peatland Ecology Research Group (PERG)
Université Laval
 
Les végétaux
 

Les plantes carnivores


Pour pallier la pauvreté en éléments nutritifs des tourbières, certaines plantes sont devenues carnivores. En digérant des insectes, des protozoaires ou des arachnides, elles parviennent à combler leurs besoins en nutriments, notamment en azote.


Le rossolis


Le rossolis (qu’on nomme aussi drosera) est une toute petite plante difficile à remarquer qui pousse à la surface du sol. Son nom signifie « couvert de rosée » et vient du fait que ses feuilles sont couvertes de petites gouttes d’un liquide collant auxquels restent accrochés les insectes. Une fois la proie capturée, la feuille se referme et les enzymes qu’elle produit digèrent l’insecte.


La sarracénie


Les feuilles de la sarracénie pourpre ont la forme d’un cornet, d’où leur nom anglais pitcher plant qui signifie plante pichet. Leur paroi intérieure est recouverte de petits poils dirigés vers le bas, guidant les insectes vers le fond du cornet qui est rempli d’eau. Une fois l’insecte noyé, les enzymes produits par la plante le digèrent. C’est ce qu’on nomme un piège passif, car contrairement au rossolis et à l’utriculaire, la sarracénie ne fait aucun mouvement pour capturer l’insecte.


L’utriculaire

Les utriculaires se retrouvent au bord des mares des tourbières. Elles produisent deux sortes de feuilles. Les premières sont aériennes et font la photosynthèse. Les secondes sont immergées et sont munies de petits sacs garnis de poils sensoriels. Quand un insecte frôle un de ces poils, le sac s’ouvre et aspire sa proie grâce au principe de succion.

© 2009 PERG. | All rights reserved. | C2000